Les pertes calorifiques des planchers d'un logement non isolé correspondent à 7% de la facture de chauffage. Ce petit pourcentage explique pourquoi dans le cadre de rénovation, cette isolation est rarement une priorité.


Si les pertes calorifiques sont beaucoup moins sensibles par le sol que par le toit, il n'empêche que l'isolation du sol apporte un vrai regain de confort. En effet, les habitants d'un logement sont en contact direct avec le sol au quotidien et un plancher froid amène bien souvent à augmenter le chauffage.
Isolation des planchersIl existe de nombreuses techniques d'isolation des planchers. Pour choisir la plus adaptée, il est impératif de tenir compte de la constitution du plancher ; de la nature des liaisons entre plancher et parois verticales adjacentes pour limiter les ponts thermiques ; de la présence et la nature d'un éventuel volume d'air sous le plancher (vide-sanitaire). Les techniques à mettre en œuvre varient ainsi selon le type de la construction de la maison qui peut être édifiée sur terre-plein, sur vide sanitaire ou sur un local non chauffé (cave, garage...).

1. Les principales techniques en construction neuve

Les principales techniques d'isolation dans le cadre d'une construction neuve sur terre-plein utilisent des planchers béton à poutrelles et entrevous PSE (polystyrène expansé) à languettes ou des planchers béton à poutrelles avec isolation sous dalle flottante. De façon plus marginale, l'isolation peut aussi se faire en utilisant des planchers en dalles de béton cellulaire. Dans le cas où les planchers sont sur terre-plein ancien, seul un isolant sous dalle flottante est possible. Si le plancher est sur vide-sanitaire l'isolation peut être complétée par des panneaux de laines minérales ou mousses alvéolaires spécifiques en sous-face sous condition que la ventilation du vide-sanitaire soit respectée.

2. Les techniques d'isolation en rénovation

Quand la maison est déjà construite, l'isolation doit obligatoirement se faire sous dalle flottante. L'isolant est ainsi toujours posé entre la dalle et la chape qui supporte le revêtement de sol (planchers, carrelages, parquets...).
Afin de répondre aux différents cas qui se présentent, nos équipes utilisent les techniques de pose suivantes :

  • Isolation entre lambourdes : cette technique ressemble beaucoup à l'isolation entre les chevrons d'une toiture. Elle peut être réalisée soit avec des panneaux souples ou semi-rigides de laine minérale entre les lambourdes soit par remplissage total de l'espace au moyen de granulats de vermiculite, perlite, etc... Une dalle flottante (en béton ou en bois) est ensuite installée au-dessus.
  • Isolation sur sol porteur : quand le sol ne présente pas de lambourdes (dalle de béton), l'isolation peut être réalisée avec :
    • Des panneaux rigides de mousse synthétique ou de laine minérale spécialement conçus pour cette utilisation. Les panneaux forment ainsi une couche de séparation entre le sol porteur et la chape d'égalisation. Les panneaux doivent être installés bord à bord de façon ininterrompue pour éviter les ponts thermiques. Ils doivent supporter les charges mécaniques exercées par la pression de la couche d'égalisation, de la couche de parachèvement et de l'utilisation future.
    • Une couche de (± 4 cm) de mortier isolant à base de graines de polystyrène expansé recyclé, de vermiculite et de perlite.
    • Une chape à sec en plaques de plâtres ou de fibroplâtre présentant sur la face arrière un isolant de type polystyrène ou laine de roche.
  • Isolation sous planchers sur vide-sanitaire : Le vide sanitaire est un espace de faible hauteur ménagé lors de la construction entre le sol et le plancher bas. Sa principale fonction est d'assainir la construction en permettant une ventilation. Cette ventilation constitue une source importante de déperdition et d'inconfort. Pour isoler un vide sanitaire on utilise des panneaux de laines minérales ou des mousses alvéolaires spécifiques en sous-face.